Baristas, il est temps d'exiger une augmentation

(N'hésitez pas à cliquer sur les passages en couleur, pour voir...)

 

D'abord, précisons deux choses : 

  • N’oubliez jamais que vous êtes au service de votre industrie et que vous n’êtes rien sans elle.
  • N'oubliez pas non plus que votre industrie n’est rien sans vous...
coffee-shop-espresso-loustic-cafe-de-specialite-lineal-la-marzocco

 

Vous êtes au service de votre industrie

 

Parce-que sans l’investissement des fermiers dans les plantes et les outils de sélection et traitement des grains, vous n’avez ni bons grains de café, ni café tout court. 


Parce-que sans la vigilance des importateurs, le café n’arrive pas jusque chez vous en bon état ou n’arrive pas du tout.


Parce-que sans le dévouement des torréfacteurs pour révéler les arômes de chaque café et les rendre solubles, vous n’avez pas de bon café ou pas de grain soluble à extraire.

Donc sans tous ces acteurs, bon courage pour servir une tasse de bon café à vos clients, ou même pour servir une tasse de café tout court. Vous avez beau savoir vous servir d'une machine à espresso et d'un moulin, vous ne faîtes que révéler les arômes du café. Encore faut-il qu'il en ait...

En savoir plus sur le métier de barista

 

Et le café de spécialité dépend de vous

 

Être au service de votre industrie ne fonctionne pas à sens unique.

Et oui, sans vous pour équilibrer les variables de l’extraction, le délicieux café qui a été cultivé, récolté, trié, séché, importé puis torréfié ne peut être qu’une tasse médiocre. Avec vous et vos compétences d’alchimiste (presque, presque !), ce même produit devient une très bonne tasse de café qui au pire enchante vos clients et honore le travail de toute une industrie, au mieux change des vies en donnant une autre idée du café et du monde qui se cache derrière chaque tasse.

En savoir plus sur le café de spécialité

 

 
Oui, une bonne tasse de café change des vies

 

Je pèse mes mots. 

Un client qui boit une bonne tasse de café se rend compte grâce à son barista du monde qui se cache derrière et trouve normal d’acheter régulièrement sa boisson à un prix plus élevé. 


En conséquence, le coffee shop peut payer d’avantage ses employés et investir dans des grains de meilleure qualité. Ah oui, précision : vendre un café plus cher (lire "Les Coffee Shops doivent augmenter leurs prix") pour mieux payer les fermiers à l’autre bout du monde sans se soucier du salaire des baristas ici, en France, c’est pas franchement cohérent. Donc oui, les prix du coffee shop de spécialité incluent le salaire des baristas. CQFD.


Puis le torréfacteur à qui il achète ces grains peut à son tour augmenter le salaire de ses équipes et acheter des cafés plus chers aux importateurs


Ces importateurs vont alors eux-aussi pouvoir donner de meilleurs budgets à leurs acheteurs de grains verts qui vont ensuite pouvoir payer le kilo de café vert plus cher.

 
Je vous laisse deviner où se termine cette boucle ? 


Vous êtes trop fort : eh oui, chez le fermier qui peut grâce à ce cercle vertueux atteindre de justesse le salaire minimum (on est réaliste, pour l’instant on vise juste la possibilité que le fermier rentre dans ses frais) et produire du café encore meilleur. 
Et rebelote, la chaîne refait un tour.

Pour faire simple, inciter les clients à payer plus cher leur tasse de café revient à améliorer le niveau de vie de tous les travailleurs de la chaîne du café, du barista jusqu’au fermier, et à améliorer la qualité du café qu’on boit dans nos pays consommateurs. Le café change des vies, CQFD (encore un).

 

 

Mais changer des vies implique un minimum d’investissement

 

Donc je reprends : la chaîne du café commence chez le fermier, reprend son souffle chez le barista et retourne d’où elle vient. Mais ce phénomène n’est possible que si vous baristas êtes conscient de votre responsabilité ! Que si vous faites de votre mieux tous les jours pour non seulement sélectionner les meilleurs cafés et en extraire les meilleurs arômes, mais aussi pour les servir avec empathie et connaissance à vos clients. Que si le café que vous servez est à la hauteur du travail des autres acteurs du café de spécialité. Le tout pour que vos clients puissent savourer leurs tasses dans les meilleurs conditions possibles et pour permettre à la boucle d’être bouclée.

 

Pour savoir si la vie de coffee shop est faite pour vous, c'est par là

 

Baristas, vous êtes le lien entre l’industrie du café et le consommateur final. Le dernier maillon, aussi indispensable que les autres maillons du bon café. Sans vous, l’investissement des fermiers, importateurs et torréfacteurs dans de meilleurs grains ne sert à rien. Faites donc en sorte de rendre ce lien amical, excitant et délicieux pour vos clients et vous pourrez dire : « Mon métier ? Changer le monde, un café à la fois ». Ça mérite bien un salaire décent, non ?

 

Article en plus :

"Le Grain de spécialité ne fait pas la boisson de qualité"

 

À propos de l'auteur

 
albane-thery-barista-formatrice-formation-conseil-consultant-cafe-de-specialité-coffee-shop

Albane THÉRY est barista, formatrice, consultante et fondatrice de Baristas et Associés. Elle découvre la culture du coffee shop à Sydney en 2011 puis suit une formation barista avec Talor Browne et Kevin Ayers chez Coutume Café (Paris). En savoir plus sur Albane...

 

Albane THÉRY

Baristas et Associés, Paris, Île-de-France,

Albane THÉRY est barista, formatrice, consultante et fondatrice de Baristas et Associés. Elle découvre la culture du coffee shop à Sydney en 2011 puis suit une formation barista avec Talor Browne et Kevin Ayers chez Coutume Café (Paris).

Revenue à Sydney, elle y pratique le métier de Barista pendant deux ans dans des coffee shops de spécialité. Elle rentre à Paris en 2014, où elle est en charge de la marque Café Compagnon. puis fait l'ouverture de Café Oberkampf.